Evolution dans la mise en place des aménagements raisonnables!

La proposition de décret du 07 novembre 2017 a été votée ce 21 novembre ! Ce décret propose des nouveautés quant à la la mise en place d'aménagements raisonnables pour les élèves présentant des besoins spécifiques. 

"Trop souvent encore, même lorsque leurs difficultés sont connues et attestées, des élèves ne sont pas pris en compte dans l'expression de leurs besoins". 

L'aménagement raisonnable est considéré comme une obligation légale depuis le décret du 12 décembre 2008 relatif à la lutte contre certaines formes de discriminations. Ce nouveau décret vise à prévoir la mise en place effective, dans le cadre scolaire, des obligations qui y sont inscrites.  Il  concerne les élèves à besoins spécifiques fréquentant l'enseignement ordinaire fondamental ou secondaire. Parmi les bénéficiaires de ces aménagements, les élèves "Dys" (dyspraxie, dyslexie, dysgraphie, dysorthographie, dysphasie ou encore dyscalculie), mais également les élèves présentant un Trouble de l'Attention avec ou sans Hyperactivité, les Haut Potentiels et les autistes (haut niveau) sont particulièrement pris en considération. En effet, l'accueil et l'accompagnement de ces élèves dans l'enseignement ordinaire méritent une attention toute particulière de la part des équipes éducatives. 

Ces aménagement peuvent être d'ordre pédagogique, organisationnel ou matériel. La mise à disposition de l'outil numérique permettant de répondre aux besoins spécifiques d'un élève est donc considérée comme un de ces aménagements possibles. 

Le dispositif est activable par toute personne ayant une information fiable sur les besoins spécifiques de l'apprenant. Il y aura un caractère contraignant à ne pas mettre en place ces aménagements lorsqu'un besoin spécifique est établi ou validé par un spécialiste dans le domaine médical, psychomédical ou paramédical. Le refus de mettre en place les aménagements raisonnables en rapport avec des besoins spécifiques pourra faire l'objet d'un recours externe, tel que celui proposé par UNIA

En conclusion, le dispositif proposé aide l'apprenant sans le stigmatiser  et tend à le rendre plus autonome.  En somme, nous pouvons nous réjouir de cette proposition décrétale qui tend à renforcer le bien-être de l'apprenant à besoins spécifiques ;)

Écrire commentaire

Commentaires: 0